Quel impact, quelles perspectives un tiers espace comme l’Espace Imaginaire peut apporter en terme de vivre ensemble et de transformation sociale et écologique sur le territoire ?

Suite à la proposition du Laboratoire de Recherche Action (LISRA), une journée de recherche-action a été organisée le 3 juin dernier sur l’Espace Imaginaire avec Les Tiers Lieux Nomades (dispositif collaboratif porté par les Compagnons de l’Utopie), en partenariat avec le centre culturel Main d’œuvre et les résidents du lieu.

L’Espace Imaginaire est un terrain de 5000 m² dans le quartier de la Plaine. Dans le cadre d’une occupation temporaire, différentes activités et créations sont mises en place par des associations oeuvrant dans l’économie sociale et solidaire, l’écologie ou les milieux artistiques, des habitants et des résidents, pour faire de cet espace « un espace culturel, écologique et partagé ». La gestion de l’espace Imaginaire a été attribuée à Mains d’œuvre, par la Mairie de Saint-Denis, dans le cadre d’un appel à projet. Suite à une démarche participative initiale, ont ainsi été imaginés : une cantine végétarienne, des ateliers d’artistes, un kiosque solidaire pour l’accueil de jour SDF, un potager, une ruche école, une prairie imaginaire, une école pour les enfants des bidonvilles… Au moment de la rencontre les premiers résidents avaient investi le lieu et les premières initiatives avaient été mises en place.

L’atelier de recherche-action, engagé avec les résidents a permis de réfléchir sur la dynamique à l’oeuvre dans le lieu (ses dimensions solidaire, économique, écologiques…, sa gouvernance, sa relation au territoire…). Le débat public devait poser, ensuite, la réflexion dans un cadre plus large et d’interpeller les élus et les invités sur les problématiques à l’œuvre. La rencontre s’est déroulée dans l’espace « Sharing Bubble », projet d’architecture gonflable pour créer du lien social et interagir avec des populations marginalisées. Cet Octodôme a été invité à venir augmenter l’Espace Imaginaire, créant un espace de rencontre et d’échanges. La Gonflée, autre dispositif gonflable, a complété le dispositif. La dynamique mise en place lors de l’atelier a permis de faire émerger une parole forte de la part des résidents et des participants. En revanche, nous avons regretté l’absence des élus ce qui n’a pas permis de donner toute la portée au débat public.

Pour rendre compte de l’expérience de l’Espace Imaginaire, l’atelier de recherche-action est parti sur une liste d’énoncés qualifiant l’espace, les participants étaient alors conviés de choisir et d’enrichir, à partir de leur propre expérience, les énoncés qui leur paraissent les plus pertinents. Il a été possible ensuite de définir des problématiques transversales regroupées en quatre thèmes : Labo citoyen et science participative, Espace et Territoire, Travail et Economie, Emancipation et Transformation. Les qualifications de l’Espace dans l’atelier ont fait apparaître des tendances fortes quant à la vision du lieu, mais également des polarités et des tensions fortes à l’œuvre dans l’espace que nous approfondissons dans notre article.

Les principales tensions ont été suscitées par la présence active de résidents SDF, qui ont fait pénétrer dans ce lieu géré par un opérateur culturel officiel les contradictions socio-économiques de la société sous ses revers les plus criants : précarité, exclusion, absence de travail et de logement, problème des sans papier, travail au noir. Notre présence a permis d’introduire une dynamique de Labo Social qui a interrogé les positions de chacun et permis de commencer à apporter des réponses hors des sentiers battus aux problèmes posés. D’autres questions ont été soulevées notamment autour du rapport entre le côté éphémère et le souhait de créer une dynamique durable ou

sur la façon d’insérer davantage le lieu dans le territoire, ou encore de favoriser une économie populaire. Des évolutions concrètes positives ont pu être mises en place par la suite.

Si chacun des participants a pu trouver une prise de recul, une respiration (selon la parole de la coordinatrice du projet), une reconnaissance et des réponses possibles dans cette rencontre, pour Tiers Lieu Nomade, l’évènement a été l’occasion de tester un dispositif et de vivre une expérience enrichissante sur le plan humain : organisation collaborative d’un évènement entre plusieurs partenaires, expérimentation de formats d’animation originaux, liens entre le dispositif, la production de connaissance et l’action… permettant de tester en direct une dynamique de tiers lieu et de tiers espace. recherche-action.fr/tierslieunomade/

Contact : Christine Balaï, lefamillien@gmail.com